Le monde du thé | Art de fabrication
Les feuilles de thé, une fois cueillies, sont placées dans des cuves de flétrissage.

Le but de cette étape et de baisser le taux d'humidité des feuilles afin de les rendre malléables pour la suite.

Le flétrissage peut durer entre 18 et 20h
Le thé, une fois flétri, commence sa fermentation enzymatique ou oxydation.

Chauffer les feuilles permet de stopper ce processus, ce qui constitue un étape fondamentale pour le thé vert et le thé Oolong.

Le thé vert ne subit aucune fermentation enzymatique. Le thé Oolong, de son côté, est semi fermenté tandis que le thé noir l'est complètement.

C'est donc cette étape qui définit la nature du thé.
Chauffés ou non, il s'agit à présent de donner au thé la forme voulue. 

Le roulage dépend très souvent de la région de production. 

Ainsi, le thé pourra être roulé en torsade sur la longueur, ou en boule. Ou encore être broyé en poudre. 


Les feuilles de thé roulées sont répandues par couches d'environ 10 cm sur des plateaux de fermentation et conservées à dans un local très humide à une température avoisinant les 40°C.

Cette fermentation commence dés le roulage, les enzymes se développent et donnent aux thés une couleur rouge, cuivre.

La qualité d'un thé lors de l'infusion dépend en partie de la bonne maîtrise de la fermentation.
On soumet alors le thé à l'air chaud (80 à 90° C) dans le but de réduire l'humidité des thés aux alentours de 3 à 6%.

Après le séchage, les feuilles de thé sont passées au crible afin d'être triées par taille. Pour les thés de très grande qualité, issus de cueillettes impériales par exemple, le tri s'effectue manuellement.